Capsule 4 : le poids des aînés

Réflexion sur le temps qui burine le corps : cet assemblage d’os, de peau, de muscles,
souvent délaissé lorsqu’il est trop usé. Le rapport physique que l’on a avec les personnes
âgées est bien complexe. Il existe une sorte d’entité, de bulle, de barrière les entourant.
Considérées comme des êtres fragiles parfois repoussants (la beauté́ de la vieillesse entant
une notion toute relative) le touché devient compliqué et nous n’osons plus les enserrer.
Le positionnement de la jeunesse est maladroit à leur égard, quelque peu dénué. Mais
pourquoi ?
Probablement parce qu’on ne se met pas assez à leur place, parce qu’on ne prend pas
suffisamment le temps de les comprendre. De comprendre l’enjeu d’être « coincé » dans un
corps qui ne répond plus tout à fait aux indications qui lui sont données.


« Accepter le regard des autres,
Composer avec les autres
Sans jugement,
Utiliser l’environnement. »

Elizabeth, courageuse chercheuse et participante du projet

Capsule 4 : le poids des aînés